Elle est tellement courante que l’on peine à la considérer comme une maladie : l’acné toucherait environ 80% des adolescents et persiste chez certains adultes (plus souvent les femmes). Elle fait naître chez celui ou celle qui en souffre gênes et complexes physiques. Au-delà du problème dermatologique, l’aspect psychologique ne doit donc pas être sous-estimé.

L’acné, quelle en est la cause ?

Difficile de connaître les causes exactes de l’acné. On pense qu’un terrain génétique pourrait favoriser l’apparition de l’acné. Ainsi, des parents qui ont tous les deux eu de l’acné étant jeunes verront certainement leurs enfants traverser la même épreuve. Un autre facteur probable de l’acné est la sécrétion hormonale, celle des androgènes (hormones mâles) pour être plus précis. À l’adolescence, nous entrons dans la phase d’éveil des hormones sexuelles. Que l’on soit garçon ou fille, le corps subit un véritable chamboulement (pilosité, développement des seins, modifications de la voix…) : la puberté nous prépare à notre future vie d’adulte et les changements touchent une grande superficie de notre corps puisque la peau va en voir de toutes les couleurs. Sous l’influence des androgènes, les glandes sébacées produisent du sébum en plus grande quantité. Cette surstimulation provoque une hyper séborrhée communément appelée « peau grasse ». C’est l’excès de ce sébum qui marque le point de départ de l’acné. En temps normal, le sébum recouvre la peau d’un film lipidique qui assure une bonne hydratation et un rempart contre les microbes. Combattre l’acné ne consiste donc pas à faire la guerre au sébum mais à en limiter la sécrétion.

Sous l’influence des androgènes, les glandes sébacées produisent du sébum en plus grande quantité. Cette surstimulation provoque une hyper séborrhée communément appelée « peau grasse »

Une peau grasse, d’accord, mais pourquoi des boutons ?

Les boutons d’acné sont le signe d’une inflammation née de l’obturation des pores. Pour une raison inconnue, les kératinocytes (cellules principales de l’épiderme) se multiplient et bouchent les pores au lieu de s’éliminer naturellement. Sous la peau, le sébum s’accumule et crée une tension à l’intérieur du follicule pilo-sébacé. C’est là qu’intervient une bactérie, le propionibacterium acnes. Présente en petite quantité dans la glande sébacée, cette bactérie est habituellement inoffensive.  Mais c’est une autre histoire lorsqu’une quantité importante de sébum reste bloquée sous la peau. Dans ce milieu gras et confiné, propionibacterium acnes digère les triglycérides présents dans le sébum et sécrète alors des acides gras libres qui provoquent l’inflammation (rougeur, douleur chaleur). Face à l’inflammation et à l’invasion de la bactérie, le corps met en place une défense. A ce stade, la glande sébacée est infectée : le bouton renferme du pus et la manipulation avec les doigts peut laisser des cicatrices, parfois définitives.

Bien vivre avec son acné

Résultat d’une « malchance » héréditaire et/ou d’un bouleversement hormonal, la prévention contre l’acné est presque illusoire. Toutefois, certains gestes simples peuvent améliorer l’état de votre peau. Le premier conseil à suivre, votre mère vous l’a répété plusieurs fois : « Touche pas le bouton, là ! Ça va être pire après ! » Maman a raison, on ne triture pas sa peau déjà bien abîmée.

Acné et alimentation : une piste de cause à effet ?

Le lien entre l’acné et l’alimentation est encore discuté. Cependant, quelques chercheurs pointent du doigt l’alimentation, et plus précisément l’alimentation occidentale. C’est en observant l’absence d’acné chez des jeunes de certaines populations du monde que ces derniers ont basé leur hypothèse. Si le chocolat et les charcuteries ont souvent été désignés comme responsables de l’acné, ce sont cette fois les produits céréaliers raffinés qui sont visés. Pain blanc, riz, biscuits et produits céréaliers industriels seraient à éviter pour faire reculer l’acné. La raison : ce sont des sucres rapides dont la digestion provoque la sécrétion d’insuline. Or, l’insuline augmente la libération d’androgènes. On en revient donc à la cause hormonale, poussée par une alimentation non adaptée. Les produits laitiers pourraient également stimuler l’insuline : à réduire également.  Enfin, tentez de faire une détox. Contrairement aux idées reçues, la détox ne concerne pas seulement la digestion et peut être un bon coup de pouce car elle sert à éliminer les toxines emprisonnées dans tout le corps, et la peau en fait bien évidemment partie. Purifiée, la peau retrouvera son équilibre plus rapidement. Pour aller plus loin, des traitements existent :

Les dermatologues au secours des peaux acnéiques

Face à l’acné, les dermatologues peuvent mettre en place des traitements dont la réussite dépendra surtout de la motivation, de l’assiduité et de la patience du malade. Un traitement peut durer de 6 mois à plusieurs années et ne donne de résultats visibles qu’au bout de 1 à 2 mois.

Le traitement local

il peut s’agir d’une crème, d’un gel ou d’une lotion à base de peroxyde de benzoydes ou de rétinoïdes. Il est à associer à l’usage de produits cosmétiques adaptés aux peaux acnéiques (voir plus bas) car les traitements médicamenteux peuvent avoir un effet desséchant ou irritant.

Le traitement combiné

Au traitement local s’ajoute la prise de zinc ou de cyclines par voie orale. Pour les jeunes femmes, l’hormonothérapie (pilule contraceptive oestroprogestative) peut s’envisager.

Le traitement par isotrétinoïne

Réservé à l’acné très sévère voire sévère en cas d’échec des autres traitements, ce traitement est efficace mais réclame un suivi rigoureux incluant bilans sanguins réguliers et pour les femmes, des tests de grossesse avant chaque consultation pour écarter tout risque de malformation du fœtus.

Une action globale passe d’abord par de bons gestes d’hygiène

Face à une peau mixte ou grasse à tendance acnéique, le choix doit se porter vers des gammes spécialisées dont les ingrédients en ciblent les problèmes.

Ce que craint toute personne atteinte d’acné, ce sont les conséquences esthétiques : cicatrices et modifications fibreuses peuvent marquer définitivement la peau. Pour limiter cela, il est important d’adopter les bons gestes d’hygiène, et ce au quotidien. Tous les produits cosmétiques ne se ressemblent pas et il est important d’adapter ses soins à son type de peau si on ne veut pas voir son problème empirer. Face à une peau mixte ou grasse à tendance acnéique, le choix doit se porter vers des gammes spécialisées dont les ingrédients en ciblent les problèmes. Ces cosmétiques peuvent être envisagés en attente d’un traitement médicamenteux mais également en soutien de ce traitement car ils peuvent restaurer la peau abîmée et éviter les marques de cicatrices. Dans la gamme Sébium de chez Bioderma, tous les soins contiennent le complexe breveté Fluidactiv™ qui agit sur la qualité du sébum. Comme mentionné plus haut, l’acné naît d’un déséquilibre du sébum. Appliqués quotidiennement, les soins Sébium aident le sébum à retrouver son équilibre naturel et à conserver sa fonction hydratante et protectrice. La gamme, très complète, prend en considération l’acné présente sur le corps, notamment sur le dos, avec le gel moussant Sébium. Appliqué matin et soir sous la douche, il respect le Ph naturel de la peau qui est purifiée et hydratée. Sa formule moussante en fait une excellente mousse à raser pour les jeunes hommes. Au quotidien, nous vous conseillons Sébium Global, un soin dermatologique intense qui associe le complexe Fluidactiv™ au complexe Bakuchiol™. Cette association recrée biologiquement un sébum proche de celui d’une peau normale pour empêcher l’apparition de boutons et limiter l’inflammations.Au-delà du soin, les femmes touchées par l’acné sont confrontées à un dilemme beauté : « j’ai de l’acné, puis-je me maquiller ? » La fausse bonne idée consiste à couvrir généreusement la peau d’un fond de teint épais pour cacher les imperfections. Si sur le moment, votre peau retrouve un aspect lisse et unifié, gare aux conséquences après démaquillage ! En passant des heures enfermés sous le maquillage, les pores se bouchent et permettent alors aux bactéries de proliférer tranquillement. Le secret des peaux acnéiques, c’est une peau qui respire et qui retrouve son équilibre naturel. Faut-il oublier le maquillage pour autant ? La réponse est « non » ! Bioderma a développé une version teintée de Sébium Global : Sébium Global Cover. Sa formule laisse les pores respirer, donne à la peau un aspect mat et neutralise les rougeurs grâce au compact vert. Plus léger qu’un fond de teint, Sébium Global Cover unifie le teint sans étouffer la peau et vous permet de corriger les imperfections sans entraver l’action purifiante du soin.

Bref, pour un meilleur résultat et dire adieu à l’acné, pensez à une action globale qui s’inscrit dans la durée par des gestes quotidiens adaptés. Et si nos conseils ne vous ont pas consolé, pensez que l’acné n’a pas empêché certaines personnes d’accéder à la célébrité (petite bise à Cameron Diaz !)