Elle envahit les médias et fait de plus en plus d’adeptes : la « détox » est présente partout. Dernièrement, vous avez pu lire qu’à la rentrée, c’est le moment de la détox… Seulement si votre mémoire est bonne, c’était aussi le moment avant l’été, après les fêtes en janvier… Bref, à chaque changement de saison, on vous rappelle que « la détox : c’est le moment ! » Qu’en est-il vraiment ? En quoi consiste une détox ? Combien de détox faut-il faire par an ? Suivez le (vrai) guide :

Détoxification : la nature est bien faite

Fort heureusement, la détoxification d’un organisme s’opère naturellement. Le corps possède 5 principaux organes émonctoires, c’est-à-dire qu’ils sont chargés de faire un peu de ménage pour maintenir en bon état vos fonctions vitales.

Le roi de la détox, c’est le foie. Il filtre le sang et le débarrasse des produits toxiques en multipliant les cycles de nettoyage. Energivore, il rend la monnaie en fournissant à son tour de l’énergie grâce à sa capacité à transformer les glucides et lipides et à stocker les vitamines liposolubles.

Sont également mis à contribution les intestins, les reins, la peau et les poumons. Aliments et produits toxiques, alcool, tabac, drogues, médicaments … les substances nocives ingérées ou inhalées sont traitées, filtrées et éliminées par l’anus, l’urètre, les narines et les pores de la peau. Ce travail d’épuration du corps s’effectue non-stop, avec plus ou moins d’effort selon votre mode de vie.

Aider son corps à éliminer les déchets ?

La pratique récente de la détox repose sur un principe d’aide apportée aux fonctions dépuratives. En adaptant notre alimentation, nous pouvons alléger le travail des organes émonctoires ou renforcer leur action dans le but d’obtenir un nettoyage plus en profondeur et par extension un corps en meilleure forme. Les médias se sont emparés du concept et l’ont développé à outrance. Devenue une mode, la détox s’inscrit comme un rituel cyclique de bien-être, flirtant avec une forme de spiritualisme. Les changements de saison et les principaux évènements sociétaux sont les prétextes favoris des médias pour justifier la cure de détox. «Après les fêtes, pensez détox ! », « Ménage de printemps, c’est le moment de la détox ! », « C’est la rentrée, réussir sa détox ! ». A l’extrême, la détox se pratique aussi lors de stages initiatiques de lâcher prise, basés sur une recherche du bien-être et du recentrage sur soi. Le jeûne est souvent associé à ce type de regroupements … aux allures de réunions sectaires.

Détox : dénouer l’info de l’intox

On ne peut pas affirmer qu’il existe des périodes dans l’année propices pour la détox car cela reviendrait à dire que nous menons tous la même vie. Alors, oui, il peut être judicieux de soulager son foie après l’avoir sur-sollicité durant les fêtes de fin d’année ou après les sessions mojitos-barbecue de l’été. Mais attention de ne pas tomber dans la dédramatisation des mauvaises habitudes alimentaires : «Je peux faire des excès, ce sera rattrapé par la détox plus tard ». Pire encore, alterner périodes d’alimentation normale ou excessive et période de jeûne.

La refonte du régime alimentaire

Un corps en bonne santé est réglé comme une horloge et possède une mécanique bien huilée. Démarrer une cure de détox, du jour en lendemain et sans transition, peut fragiliser votre organisme qui n’est pas prêt à vivre une privation brutale. La détox n’est pas un rituel religieux qu’il faudrait considérer comme l’expiation de vos péchés. Si vous pensez que votre régime alimentaire s’éloigne du raisonnable, commencez par modifier vos mauvaises habitudes. Il ne s’agit pas d’entamer un régime mais bien de revoir en profondeur les bases de votre alimentation. Un accompagnement par un(e) nutritionniste ou un(e) diététicien(ne) sera bénéfique pour que vos nouvelles habitudes alimentaires s’installent dans la durée. Vous pouvez également vous appuyer sur un bilan sanguin pour connaître vos excès et carences nutritionnelles. Attention, le rééquilibrage n’est pas toujours facile à vivre. On pense notamment aux addicts de sucre ou d’alcool : l’état de manque se fera ressentir avec la diminution ou la suppression de leur consommation. Tenir le cap contre vents et marées, voilà l’esprit dans lequel vous devez accomplir votre changement de mode de vie.

Mais alors quand programmer une cure de détox ?

On conseillera d’envisager les produits de détox comme soutiens ponctuels de la fonction hépatique si vous constatez effectivement que votre corps en a besoin. Apprenez à repérer les signes d’une surcharge de travail pour votre foie : crampes d’estomac, reflux acides, diarrhée, fatigue, sommeil agité, rétention d’eau, imperfections de la peau et teint jaune… Si ces signes s’accumulent et perdurent, c’est un appel au secours de votre foie.

Que la raison soit alimentaire (malbouffe, alcool), médicale (traitements, drogues), environnementale (exposition aux UV, pollution) et même psychologique (stress oxydatif), votre corps vous fera très vite comprendre qu’il ne parvient plus à gérer un excès de toxines. Pour l’aider, tournez-vous vers les plantes dépuratives comme le desmodium ou le chardon-Marie.

Evaluez correctement vos besoins : un seul repas copieux ne justifie pas d’être suivi par une cure de détox ! Une infusion détox en fin de repas suffira. Car attention à l’excès de zèle : inutile de forcer sur l’épuration et le drainage au risque d’éliminer de bons nutriments avec les déchets et de se retrouver carencé.

Face à un foie véritablement chargé, une cure détox peut être envisagée sans excéder une durée d’un mois. Ne jeûnez pas pendant votre cure mais continuez à vous alimenter normalement pour éviter les pertes nutritionnelles. Si vous craignez les carences, tournez-vous vers des solutions enrichies en oligo-éléments car la détox ne doit pas fatiguer votre corps, elle doit le soutenir. Ergy-Epur du laboratoire Nutergia propose une formule assez complète : associant le chardon-Marie, le desmodium, l’artichaut et le boldo côté plantes dépuratives, Ergy-Epur apporte quotidiennement jusqu’à 30% des valeurs nutritionnelles de référence en zinc, manganèse et cuivre. Cette association est intéressante car Nutergia n’oublie pas de palier les éventuelles carences et éloigne ainsi les risques de fatigue. Enfin, gardez toujours à l’esprit que détox doit rimer avec forme et vitalité !

flacon de ergyepur