femme avec Infection urinaire

Les cystites figurent parmi les principales infections urinaires chez la femme. Ainsi, cette inflammation aiguë de la vessie touche 1 femme sur 2. Causée par la bactérie Escherichia coli, la cystite est souvent douloureuse et handicapante au quotidien. Les médicaments allopathiques, les traitements homéopathiques et/ou les solutions de phytothérapie peuvent venir soulager les cystites. Mais une nouvelle molécule offre aujourd’hui une autre approche du traitement et de la prévention des cystites : le D-Mannose.

Qu’est-ce que le D-Mannose ?

Le D-Mannose est un sucre simple ou monosaccharide, que l’on retrouve naturellement dans certaines plantes comme le bouleau ou le mélèze. Cette molécule est également présente dans notre organisme, sécrétée en très petites quantités au niveau de la vessie. Contrairement aux polysaccharides, le D-Mannose est un monosaccharide qui ne se transforme pas en glucose après ingestion. Il n’est donc pas assimilé ou utilisé comme source d’énergie mais directement éliminé. Dans ce cas, quelle est la fonction du D-Mannose et pourquoi est-il sécrété par l’organisme ? 1 Tout au long de sa durée de vie dans l’organisme, le D-Mannose conserve sa forme initiale, de la sécrétion jusqu’à l’élimination via l’urine. La molécule passe par le tube digestif (en formant au passage un « film » protecteur sur la muqueuse digestive), est ensuite filtrée par les reins avant de passer dans la vessie. Le D-Mannose se concentre alors dans les différentes structures du système urinaire (bassinet, uretères, vessie, urètre). C’est à ce stade qu’il joue tout son rôle sur la prévention et le traitement des cystites.

Les bienfaits et propriétés du monosaccharide

Les recherches scientifiques consacrées à ce monosaccharide ont permis d’étudier et de comprendre son mode d’action au niveau du système urinaire. Lorsqu’elle atteint la vessie avant d’être éliminée, la molécule de sucre va agir sur la muqueuse ou urothélium, une épaisse paroi qui joue un rôle protecteur. Grâce à plusieurs couches musculaires, cette muqueuse est capable de se tendre au fur et à mesure que la vessie se remplit d’urine. Sa surface est également tapissée de sucres complexes, appréciés des bactéries comme l’Escherichia coli. En cas d’infection urinaire et de cystite, c’est cette même muqueuse qui est irritée par les bactéries pathogènes. Pour se reproduire et se développer, les bactéries cherchent à s’agripper à la paroi de la muqueuse grâce à leurs lectines, des protéines qui se lient aux sucres complexes. C’est cette agression qui provoque une inflammation aiguë de la vessie : la cystite.

A ce stade, l’action du D-mannose est double : d’une part, il se lie aux lectines qui ne sont pas encore accrochées à la paroi pour les empêcher de se fixer ; d’autre part, il attire les germes déjà fixés pour ensuite les éliminer avec les urines. Le D-Mannose a donc un effet « anti-adhésion » global sur les bactéries responsables des infections urinaires. En 2016, une étude consacrée au D-Mannose conclu qu’il « peut être une aide efficace dans la gestion de la cystite aiguë et également un agent prophylactique (préventif) efficace dans une population sélectionnée » (1) . Les résultats de cette étude ont été concluants tant au niveau de l’amélioration de la majorité des symptômes que de la résolution des infections urinaires, de l’amélioration de la qualité de vie et des récidives. En effet, le D-Mannose n’agit pas seulement lors de l’épisode aigu mais semble également prévenir les infections urinaires. Lorsqu’il est sécrété naturellement par l’organisme, le D-Mannose s’accroche de lui-même à la paroi de la vessie et n’attend pas la présence de bactéries pathogènes pour agir. Il protège alors la muqueuse en contribuant à sa régénération et en prévenant les éventuelles altérations et anomalies inflammatoires. Dans ce cas, le D-Mannose n’agit pas contre les bactéries mais peut contribuer à diminuer l’inflammation et à réduire les symptômes d’une cystite abactérienne ou syndrome de la vessie douloureuse (brûlures lors de la miction, envies fréquentes d’uriner…). Enfin, une étude de 2014 a démontré que le D-Mannose pourrait réduire de manière significative le risque de récurrence des infections urinaires (2). Plusieurs femmes ayant des antécédents d’infections urinaires récurrentes ont alors suivi une prophylaxie différente : D-mannose en poudre pour le premier groupe et Nitrofurantoïne (antibiotique indiqué pour traiter les infections bactériennes de l’appareil urinaire) pour le second groupe. Seules 15 femmes ont eu une infection urinaire récidivante dans le groupe D-mannose contre 21 dans le groupe Nitrofurantoïne. Les premiers résultats sont donc encourageants et montrent que le D-mannose pourrait être utile pour la prévention des infections urinaires. Cependant, à l’heure actuelle, le D-mannose ne saurait remplacer un traitement antibiotique. Demandez toujours conseil à votre médecin en cas d’infection urinaire persistante ou récurrente.
1. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27424995
2. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23633128

Utilisations et posologie du D-Mannose

De part son efficacité, le D-Mannose figure aujourd’hui parmi les meilleurs compléments alimentaires pour agir sur le confort urinaire des femmes. La molécule est notamment utilisée dans Femannose N, Cystina Médical de Forté Pharma ou encore Symbiosis Cystalia. Le premier d’entre eux Femannose N, est un dispositif médical indiqué dans le traitement et la prévention des cystites et d’autres infections urinaires bactériennes. Le D-Mannose se présente sous la forme de poudre répartie en plusieurs sachets. En cas de cystite aiguë, le fabriquant recommande une prise de 3 sachets par jour de Femannose N pendant les 3 premiers jours puis 2 sachets par jour pendant les 2 jours suivants. Une cure d’un mois devrait permettre de prévenir toute récidive de l’infection. Pour la prévention de la cystite, la recommandation est de 1 sachet de Femannose N par jour. La prise des sachets doit être répartie tout au long de la journée et accompagnée de 2 litres d’eau par jour pour faciliter la miction. En cas de doute sur le nombre de prise ou la durée de la cure, demandez conseil à votre pharmacien.

Les contre-indications et effets secondairee

La prise de D-Mannose est réservée aux adultes et aux enfants de plus de 14 ans. Le D-Mannose étant un sucre naturel, il provoque peu d’effets indésirables à condition de ne pas dépasser la dose journalière recommandée. Les effets secondaires du D-mannose peuvent inclure une légère indigestion. Si les symptômes persistent ou en cas d’effets indésirables, stoppez la prise de D-Mannose et consultez votre médecin.