Le 8 mars, la femme se place au centre de l’intérêt du monde entier.

L’événement dénonce l’inégalité subie par les femmes à travers le globe. Sous-estimées, dévaluées, maltraitées… les femmes poursuivent encore en 2017 (!) leur lutte pour la reconnaissance indiscutable de leurs droits et de leur égalité vis-à-vis des hommes. Le combat est digne, malheureusement, les valeurs de cette journée internationale tendent à s’égarer dans le brouhaha d’une récupération commerciale inappropriée. Alors que le discours officiel tente d’élargir les esprits, le profit de l’événement à des fins publicitaires ne réussit, ironiquement, qu’à enfermer un peu plus les femmes dans l’étroite condition qu’elles démantèlent pourtant peu à peu.

Nous aurions pu choisir d’intégrer la journée  internationale des droits des femmes à notre calendrier promotionnel mais il n’en sera rien.

En tant que commerçant du web, au service d’une clientèle à 70% féminine, nous aurions pu choisir d’intégrer la journée internationale des droits des femmes à notre calendrier promotionnel mais il n’en sera rien. D’abord parce qu’il nous semble incohérent et déplacé de brouiller la portée d’un message engagé. Parce que si des femmes ont la chance de pouvoir effectuer les achats qu’elles souhaitent, beaucoup d’autres restent privées de cette liberté. Parce que l’expression réductrice de «ménagère de moins de 50 ans» n’a pas quitté la bouche des publicitaires. Parce que nous n’enfermerons pas les femmes dans ce lieu commun. Tout simplement, parce que chez Vitalya, chaque jour de l’année se place sous le signe de la féminité. Enfin, en toute logique, parce que notre équipe, majoritairement féminine, est bien placée pour connaître l’enjeu d’une telle journée.

Ainsi vous savez pourquoi, Mesdames et Mesdemoiselles, nous n’aurons rien à vous offrir de plus le 8 mars, si ce n’est notre soutien pour vos libertés à toutes.