Pourquoi un nouveau dosage de monacoline de levure de riz rouge ?

Pourquoi un nouveau dosage de monacoline de levure de riz rouge ?

Alors que la dose efficace de monacoline K était connue pour être de 10 mg par jour, l’Europe inscrit les monacolines parmi les substances soumises à restrictions et réduit son dosage à 3 mg maximum par jour.

Pour tous ceux qui préfèraient les gélules de levure de riz rouge mieux tolérées et avec moins d’effets secondaires aux médicaments hypolipémiants pour leur cholestérol, c’est la douche froide. Serait-ce un coup des lobbies pharmaceutiques ?

Pourquoi diminuer la dose de monacoline ?

Après avoir accordé en 2011 une allégation sur le cholestérol à la monacoline K (à condition que la dose journalière soit au moins égale à 10 mg), pourquoi ce volte-face du Conseil Européen ?

Pour faire court, la réponse est le principe de précaution. C’est surtout l’utilisation des produits à base de levure de riz rouge qui pose problème. Elle représente un risque potentiel pour les consommateurs.

Premiers doutes

En fait, c’est dès 2012 que l’ANSES avait émis un avis :

« En raison de la composition de la levure de riz rouge et notamment : de la présence de monacoline K (également appelée lovastatine lorsque commercialisée en tant que médicament) présentant les effets indésirables des statines ; de la présence d’autres monacolines à des teneurs variables, molécules dont l’innocuité n’est pas établie, la consommation de levure de riz rouge expose certains consommateurs à un risque sanitaire. »

ANSES

A la suite de quoi un rapport belge de 2016 concluait que « la levure de riz rouge n’est pas un aliment/complément alimentaire sûr ». Il notait des effets indésirables identiques à ceux observés chez les patients prenant des médicaments à base de statine (ceux contenant de la lovastatine), et surtout chez les groupes vulnérables (femmes enceintes, personnes souffrant de maladies du foie, des reins et des muscles, personnes âgées de plus de 70 ans et enfants). Ce que confirment les autorités de santé européennes en 2018.

Décision européenne

Pour l’Autorité européenne de sécurité des aliments, les effets indésirables de la levure de riz rouge à 10 mg par jour sont les mêmes que ceux de la lovastatine. Ils concernent les tissus musculo-squelettique et conjonctif, le foie, le système nerveux, l’appareil digestif… Mais on a aussi constaté des cas de réactions indésirables sévères pour une consommation de 3 mg par jour.

Par ailleurs, il a fallu tenir compte de la présence de monacolines dans les aliments et du comportement des consommateurs qui parfois multiplient les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge ou même l’associent à des médicaments à base de statines, le tout bien sûr sans avis médical.

Le remède ne doit pas être pire que le mal

Pour assurer la sûreté de la population et surtout de la population à risque, l’utilisation des monacolines de la levure de riz rouge à des niveaux égaux ou supérieurs à 3 mg par dose journalière a été purement et simplement interdite. Diverses mises en garde assortissent cette interdiction, car les données manquent encore pour établir une dose de monacoline journalière sûre.

Mise en conformité

C’est donc le règlement (UE) 2022/860 de la commission du 1er juin 2022 qui modifie l’annexe III du règlement (CE) no 1925/2006 du Parlement européen et du Conseil. Ce dernier spécifie les nouvelles conditions d’utilisation des monacolines de la levure de riz rouge.

Allégation de santé

Les allégations de santé accordées aux plantes et à leurs composés sont assez rares. Et en 2011, l’European Food Safety Authority (EFSA) avait autorisé la mention « contribue au maintien d’une cholestérolémie normale » pour une consommation journalière de 10 mg de monacoline K issue de la levure de riz rouge. Celle-ci figurait fièrement sur tous les produits dont nous parlions dans notre comparatif en 2021.

Or, cette dose étant désormais interdite, l’allégation de santé pour la monacoline n’est plus applicable et donc proscrite de l’étiquette.

Le dosage

La portion individuelle du produit à base de levure de riz rouge pour la consommation journalière doit contenir moins de 3 mg de monacolines. Et l’étiquette doit indiquer la teneur et la dose journalière maximale.

Les avertissements

  • Ne doit pas être consommé par les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants de moins de 18 ans et les adultes de plus de 70 ans ;
  • Si vous avez des problèmes de santé, demandez conseil à votre médecin avant de consommer ce produit ;
  • Ne doit pas être consommé si vous prenez un médicament pour faire baisser votre taux de cholestérol ;
  • Ne doit pas être consommé si vous prenez déjà d’autres produits contenant de la levure de riz rouge.

Le glas a-t-il sonné pour les statines naturelles ?

On est en droit de penser que cette nouvelle loi signe l’arrêt de mort de l’utilisation de la levure de riz rouge en cas d’hypercholestérolémie.

Pas encore tout à fait ! En effet, en juillet 2013, l’EFSA publiait un avis scientifique établissant un lien de cause à effet entre la consommation d’un produit contenant 2 mg de monacoline K de la levure de riz rouge associée à d’autres ingrédients et la réduction des concentrations sanguines de cholestérol LDL.

Et les laboratoires sélectionnés par Vitalya ont un train d’avance et l’associent déjà à des ingrédients reconnus pour la santé cardio-vasculaire. Citons Dielen qui a été le premier à se mettre en conformité avec son Molval Fort. Ce dernier mise sur les oméga 3. Pour Monin-Chanteaud, c’est le policosanol… Santé Verte associera bientôt sa levure de riz rouge à de l’artichaut.

Vers un meilleur encadrement

Nous ne pouvons que souligner une nouvelle fois l’importance d’un avis médical pour la prise de certaines gélules de plante. Nous en avions parlé dans notre article sur les choses à savoir sur les compléments. Les compléments alimentaires ont une certaine efficacité et ne font malheureusement pas l’objet d’autant d’études que les médicaments. De ce fait, faites-vous accompagner par un professionnel de santé, surtout si vous suiviez un traitement médical.

Ceux qui préfèrent tout bonnement se détourner de la monacoline K apprécieront les complexes de vitamines, de substances naturelles comme le coenzyme Q10 et de plantes pour le cholestérol sans levure de riz rouge.