Vous entendez depuis votre plus tendre enfance « mange donc un chocolat, ça ira mieux « . Bizarrement, ça allait effectivement mieux… effet placebo ? Peut-être pas : on vous explique pourquoi le chocolat, ça fait du bien !

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai comment tu vas

Une bonne santé trouve généralement son origine dans une bonne alimentation. Les aliments apportent des nutriments chargés de maintenir l’organisme en état de fonctionnement normal. Chaque aliment contient son lot de vitamines, protéines, glucides, lipides, minéraux, métaux, acides aminés, etc. Pour le chocolat, vous savez déjà qu’il est riche en magnésium, nous ne vous apprenons rien ! Mais ce qui nous intéresse ici, c’est un acide aminé : le tryptophane.

Le tryptophane, bien qu’il ne représente qu’1% des acides aminés que nous consommons, demeure indispensable à l’organisme car il participe entre autres à la synthèse de la sérotonine et de la mélatonine, hormones maîtresses du cycle circadien (horloge interne). La sérotonine est un neurotransmetteur qui régule l’humeur en journée et prépare au sommeil lorsqu’elle se transforme en mélatonine en soirée, stimulée par la baisse de luminosité. Une faible concentration de sérotonine (dans le cas d’un régime hypocalorique, par exemple) engendre alors du stress, de la fatigue et des troubles du sommeil. Voilà pourquoi votre carré de chocolat a le don de vous réconforter !

Que se passe-t-il dans notre corps ?

Le tryptophane est synthétisé par les plantes et certains micro-organismes. L’apport en tryptophane n’est donc possible que par l’alimentation. Le tryptophane est acheminé dans le cerveau par le sang. C’est dans le cerveau que la chimie opère. Dans un premier temps, le tryptophane est hydroxylé par l’enzyme tryptophane hydroxylase et devient alors le 5-hydroxytryptophane ou également connu sous l’appellation 5-HTP. Puis, en présence de vitamine B6, le 5-HTP va s’alléger d’une molécule de dioxyde de carbone. Cette dernière réaction chimique va créer la sérotonine que l’on nomme également 5-hydroxytryptamine (5-HT). Dans le corps, 95% de la sérotonine est produite dans l’intestin. Elle joue plusieurs missions dans l’organisme, dont la régulation de l’humeur. Pour cela, elle intervient dans les échanges nerveux, au sein du liquide cérébro-spinal (anciennement liquide céphalo-rachidien). Sa présence peut se raréfier devant les cas suivants :

  • une alimentation peu variée et pauvre en tryptophane,
  • un manque d’exposition à la lumière,
  • peu d’activité physique,
  • un mauvais sommeil,
  • l’anxiété et le stress.

Comment lutter contre la morosité ?

Lorsque le moral est en baisse, vous pouvez vous orienter vers des aliments riches en tryptophane. A vous de piocher, selon les désirs, dans la liste :

  • riz complet
  • produits laitiers
  • viande
  • arachides
  • protéines de soja
  • œufs
  • poissons
  • légumineuses
  • chocolat
  • banane
  • amandes, noix de cajou
  • levure de bière

Pour les personnes souffrant d’un véritable mal être, une supplémentation de 5-HTP est envisageable puisqu’il est le précurseur direct de la sérotonine (l’étape de l’hydroxylation n’est pas effectuée dans le corps mais a eu lieu en amont). En phytothérapie, le choix se porte généralement sur le griffonia simplicifolia, une grande plante venue d’Afrique. Ses graines, fortement concentrées en 5-HTP, sont récoltées pour en extraire le précieux acide aminé. Transformés en teintures, comprimés, gélules ou ampoules, les extraits de graines de griffonia sont utilisés dans le cadre de cures allant d’une quinzaine de jours à 2 mois, renouvelables au besoin.