Silicium : du ventre de la mère à l’âge adulte

Naturellement présent dans le corps, le silicium se fixe très tôt au niveau du cerveau chez le fœtus. Conducteur naturel, il facilite les échanges nerveux entre les cellules. Présent dans tout le corps, il s’étend principalement dans le tissu conjonctif où il participe à la fixation du calcium sur les os, au soutient et à la jonction des organes ainsi qu’à l’élasticité et la souplesse des articulations et de la peau. Au vu de toutes ses missions, le silicium a logiquement été rattaché à la jeunesse et par extension au bon fonctionnement cognitif et mécanique d’un organisme jeune.

Le corps possède 7 grammes de silicium à la naissance. Avec le vieillissement, sa répartition change et chaque personne, à l’âge adulte, aura épuisé 80% du silicium présent dans l’aorte, la peau et le thymus. Sa diminution dans certaines zones du corps participe au vieillissement et à la fragilité de l’organisme, mais cela n’est pas inéluctable.

Silicium + carbone = silicium organique

S’il n’existe pas de préconisation officielle, les besoins journaliers en silicium se situeraient entre 15 et 40 mg. Son apport est rendu possible par l’alimentation : céréales complètes, fruits (pommes, bananes) et légumes (oignons, ail, échalotes, choux fleurs, haricots et épinards). Malheureusement, de nos jours, la qualité de notre alimentation ne permet pas toujours de conserver un apport suffisant en silicium. Pour palier à ce déséquilibre, les laboratoires pharmaceutiques ont sélectionné des plantes riches en silicium : prêle, bambou, orties, avoine …  et sont parvenus à extraire l’atome de silicium qu’ils associent ensuite à un ou plusieurs atome(s) de carbone. Le résultat de ce mariage s’appelle monométhylsilanetriol ou diméthylsilanediol. Des formules renfermant ce complexe baptisé silicium organique sont alors déclinées sous forme de solutions buvables, de gélules ou encore de gels pour une application externe.

D’origine végétale, le silicium a pris toute sa place au sein des médecines alternatives pour son double usage :

  • en prévention de futures carences,
  • en renforcement de réserves diminuées chez un organisme déjà fragilisé.

Les produits à base de silicium organique peuvent être associés à des compléments alimentaires à base d’harpagophytum, de glucosamine, de chondroïtine et de vitamine c (qui intervient dans la synthèse du collagène) et sont régulièrement utilisés pour la souplesse articulaire. Les produits contenant du silicium issu de la matière organique ne possèdent pas de contre-indication dès lors qu’ils sont utilisés dans le cadre d’une alimentation normale et équilibrée.