Temps de lecture : 3 minutes
Nos produits de cosmétique nous couvrent de plastiques qui finissent… dans la nature !

Pouce en l’air : la France vote contre les microplastiques

Le plastique n’est pas fantastique

L’information devrait réjouir tout amoureux de notre planète. Le 19 décembre 2019, l’Assemblée Nationale a adopté, en première lecture, le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Ce texte réclame une accélération du changement de nos méthodes de production et de consommation. Son but est de limiter les déchets et préserver les ressources naturelles, la biodiversité et le climat.

Parce que les Français sont nombreux à penser que les efforts peuvent encore être plus importants, le gouvernement semble prendre la question du tri et du recyclage des déchets au sérieux.

Le plastique dans les cosmétiques : enfin l’interdiction !

Désormais, l’article 10 BIS A de l’amendement n°2624 du code de l’environnement interdit, à diverses échéances, les microplastiques intentionnellement ajoutés dans les produits et matériaux. Parmi ces produits, on retrouve les soins cosmétiques. Voici l’extrait :

« Art. L. 541 15 9 2. – I. – Il est mis fin à la mise sur le marché de toute substance à l’état de microplastique, telle quelle ou en mélange, présente de manière intentionnelle en concentration égale ou supérieure à 0,01 % […] Cette interdiction s’applique : […] aux produits cosmétiques rincés à usage d’exfoliation ou de nettoyage […] aux produits cosmétiques rincés autres que ceux visés au a), à compter du 1er janvier 2026. »

Quels plastiques dans nos produits de beauté ?

Le plastique visible

Les plus connues des particules de plastique en cosmétique, ce sont les microbilles. Vous savez, ce sont ces petites billes minuscules que l’on retrouve dans les gommages et les dentifrices parce qu’elles ont un effet exfoliant. Ces billes sont tellement petites qu’elles posent un gros souci environnemental. Elles passent effectivement à travers les filtres des stations d’épuration. Elles sont finalement rejetées dans les cours d’eau puis dans les océans.

Quelles sont les alternatives naturelles aux microbilles ?

Vous apprécierez les qualités exfoliantes du sucre dans le gommage pour le corps Relaxessence de Melvita ou encore dans le Crushed Cabernet de Caudalie qui y ajoute également des grains de raisin broyés. Plus original, découvrez les perles de cire végétale et d’abeille intégrées à la crème de douche gommante au bouleau de Weleda pour un gommage doux et naturel !

Pour les dentifrices, on recommande le bicarbonate de soude et l’argile blanche pour entretenir l’éclat de l’émail des dents. Les dentifrices Dentargile de Cattier sont formulés à partir de l’argile blanche. Certaines références contiennent également du carbonate de calcium, un exfoliant doux et biodégradable.

Avant que les plastiques invisibles ne disparaissent…

En attendant que la loi soit appliquée, vous pouvez dès aujourd’hui éviter les produits de beauté contenant des microplastiques. Si le polyéthylène s’annonce sans rougir, détectez les autres plastiques qui se cachent derrière des appellations plus mystérieuses. Les composés plastiques possèdent des noms aux terminaisons suivantes : -one, -oxane, -siloxane, -polymer, -vinyl ; peuvent contenir -co-, -polymer-, -acrylate-, -polyquat-, -carbomer-.

Les marques de cosmétique naturelle ont su faire le tri dans la composition de leurs produits bien avant cette mise à jour du code de l’environnement. Ainci, c’est le nouveau visage de la cosmétique générale qui se dessine. Ce marché devra définitivement suivre une démarche plus responsable pour l’environnement : on ne peut que s’en réjouir !